lundi 25 janvier 2010

«Au fil des Séounes» se lance dans le covoiturage

«Au fil des Séounes» se lance dans le covoiturage


Transports. Signature d'une convention entre l'association et le conseil général.
crédit photo : JM Mazet

Un an après le lancement du site de covoiturage initié par le conseil général de Lot-et-Garonne (1), les vice-présidents du département, Patrick Cassany et Michel Estéban ont signé, mercredi, une convention de partenariat avec l'association « Au fil des Séounes », sur le covoiturage précisément.

L'association, qui « œuvre au développement de l'esprit citoyen et de l'écologie pratique », selon la formule de son président Bernard Péré, s'est récemment lancée dans l'aventure du covoiturage et obtenu pour ce faire des subsides via le Fonds social européen (FSE).

« Nous avons démarché des administrations (préfecture), des collectivités (mairie d'Agen), des entreprises (à l'Agropole) afin de sensibiliser et d'informer les gens sur le covoiturage. L'idée est ensuite de mettre en place un réseau, de faire se rencontrer les personnes et de changer les habitudes de déplacement. On se focalise d'abord sur les trajets travail-domicile avant, pourquoi pas, d'étendre notre action ». Pour l'asso « Au fil des Séounes », la démarche est complémentaire avec le site du conseil général qui lui permet de créer une interface et de poster des demandes ou des offres de covoiturages sur de trajets réguliers ou uniques.

Depuis un an que le site est actif, il a drainé quelque 5 000 visiteurs pour 353 covoitureurs. Sur 12 mois on comptabilise 275 trajets différents, dont 147 réguliers et 126 trajets uniques, de ville à ville. Un partenariat a déjà été signé avec la MACIF qui encourage cette pratique chez ses employés en permettant un accès au site du conseil général via son propre site Internet.

« Le covoiturage est un maillon de notre politique des transports et de développement durable », conclut Patrick Cassany, premier vice-président. « Nous avons en projet à ce sujet des aires de stationnement aux abords de l'autoroute, à Agen et Marmande, pour permettre à ceux qui s'y retrouvent de se garer plus facilement. »
J.Sch.
article paru le 09/01/2010 dans la Dépêche et Le Petit Bleu